Diversité et inclusion

Un grand pas vers le rétablissement pour Andy

30 juin 2022

Andy se tient sur une colline de ski enneigée et porte tout son équipement de ski.
TBDTBDTBDTBD

Le 1er mars 2014, dans un parc à neige au nord de Toronto, Andy MacPherson est étendu sur la neige au pied d’un coussin gonflable pour les sauts de planche à neige, et il sait qu’il est mal pris.Il a atterri sur sa tête. 

« Mon corps a cessé de fonctionner. J’ai perdu tout sentiment et mouvement, mais je suis resté conscient en tout temps », déclare Andy, vice-président, Marketing de la division Escompte, chez Loblaw. 

Il a été transporté à un hôpital de Barrie, Ont., puis vers l’hôpital St. Michael à Toronto, où il a subi une chirurgie et a passé plusieurs semaines dans l’unité de soins intensifs. Il avait cassé son cou, plusieurs vertèbres et était paralysé de la poitrine jusqu’au bas du corps. 

« Les médecins essayaient de me sauver la vie et de m’empêcher de devenir quadriplégique », explique Andy.  

Bien qu’ils aient été en mesure d’éviter le pire, sa blessure a néanmoins été accompagnée d’un pronostic sombre. « Dans des cas comme celui-ci, les gens ont 3 % de chances de marcher à nouveau. »  

Au moment de son accident, Andy travaillait chez les Services financiers PC. Il se rappelle que ses collègues le visitaient au centre de réadaptation où il a passé les trois prochains mois après avoir reçu son congé de l’hôpital.  

« Ils sont venus et m’ont apporté de la nourriture. La nourriture au centre était terrible! »  

La réadaptation m’a rendu très humble. « Nous avions tous subi des blessures similaires, mais certaines personnes obtenaient des résultats plus positifs. »  

Andy était l’un d’eux. À la fin de son séjour, son apprentissage avait passé du déplacement avec un fauteuil roulant à la marche avec l’aide de deux cannes. Après son retour à la maison, il a passé trois mois de plus en tant que patient externe, s’améliorant continuellement jusqu’à ce qu’il puisse marcher sans aide avant de retourner au travail à la banque. 

« Ils m’ont vraiment permis de revenir quand j’étais prêt et ils étaient prêts à tout faire pour m’aider. Heureusement, je n’ai pas eu besoin de trop de mesures d’adaptation. »  

Même avec du soutien, le retour à la vie professionnelle a été un gros ajustement. « Je me souviens que le rythme du travail et de la vie était si rapide. Bien que tout le monde se concentre sur votre état de santé dans ce genre de situation, j’ai compris que les collègues devraient vraiment profiter de chaque mesure de soutien. »  

C’est parce qu’une expérience traumatisante vient souvent avec des défis qui ne peuvent pas être vus, dit-il, ajoutant que le pilier de l’entreprise, Capables à Loblaw, qui se concentre sur l’élimination des obstacles en milieu de travail pour les personnes handicapées, tient compte de cet élément.  

Andy dit qu’il est reconnaissant du soutien qu’il a reçu de Loblaw et de sa communauté. « Il y a beaucoup de choses à gérer dans ce genre de situation et vous vous inquiétez de vos finances et de vos avantages. J’ai été très reconnaissant d’avoir les prestations d’assurance-maladie et mon salaire pendant que j’étais en arrêt de travail pendant six mois. » Savoir que lui et sa famille seraient pris en charge lui a vraiment permis de se concentrer sur son rétablissement. 

Huit ans après son accident, Andy a retrouvé la majeure partie de sa mobilité. Il est même récemment retourné à la station de ski en mars dernier. « C’est une excellente activité familiale et une grande partie de notre vie. Je voulais me prouver que je pouvais le faire. » 

Selon lui, cette attitude positive l’a aidé à marcher de nouveau. 

« Ce n’est pas comme dans les films où vous vous réveillez, vous bougez votre pied et que tout va bien. Une semaine, vous pourriez ressentir une piqûre et vous devez célébrer cette réussite, mais aussi travailler plus fort pour accomplir quelque chose la semaine suivante. »  

Après son accident, Andy s’est joint au conseil de la fondation de bienfaisance soutenant le centre de réadaptation où il était patient.  Aujourd’hui, il se tourne toutefois vers les façons dont il peut utiliser son expérience pour améliorer le milieu de travail pour les collègues et les employés afin de s’assurer qu’ils peuvent prospérer, et il est également nouvellement responsable de la division Diversité, équité et inclusion pour le marketing de l’entreprise.   

« Je pense que j’ai une approche plus humble et empathique pour apprendre et comprendre ce à quoi ils peuvent faire face. Il est très important d’avoir ces relations individuelles et d’être prêt à écouter. »  

Vous avez des questions?

Trouvez-nous sur FacebookTrouvez-nous sur TwitterTrouvez-nous sur LinkedIn