Diversité et inclusion

Jody réfléchit à son identité métisse

21 juin 2022

Jody se tient entre ses deux fils. 
TBDTBDTBDTBD

En grandissant, Jody Lussier connaissait tout le monde dans sa petite ville rurale de la Saskatchewan. À l’époque, seulement cinq ou six familles habitaient à Saint-Louis et elles étaient toutes métisses, dont la famille à Jody.  

« Nous plaisantions que nous avions notre propre argot de petite ville », dit-elle en riant. « Quand on allait au magasin, on disait : “J’vais au magasin, moi”. » Les gens disaient, « Oh, tu parles avec ton argot métis. »  

Malgré cela, Jody n’a pas grandi en étant exposée à la culture métisse. Sa grand-mère n’a jamais embrassé ni exploré son identité métisse et le père de Jody non plus. Mais pour la grand-tante de Jody, la sœur de sa grand-mère, c’est le contraire. Pendant des décennies, sa grand-tante, Doris, a enseigné et partagé la culture et la langue métisses dans les communautés du nord de la Saskatchewan.  

« Je suis fière de ma grand-tante », dit Jody. « Aujourd’hui, très peu de gens parlent le mitchif, la langue métisse. Elle est presque tombée dans l’oubli. Des aînés comme ma grand-tante essaient de la ramener. »  

Les deux fils de Jody passent un peu de temps avec Doris, ainsi qu’avec la mère de leur père, qui participe également activement à la promotion de la culture métisse.  

« Je plaisante parfois que mes enfants sont plus Métis que moi, puisque les parents de leur père sont tous les deux métis, alors que seul mon père l’est », dit Jody.  

Malgré son ascendance, elle dit que les gens voient rarement une personne métisse lorsqu’ils la regardent. « J’ai la peau claire et des cheveux blonds et je pense que le stéréotype persiste que les peuples autochtones ou métis ont toujours une peau plus foncée ou des cheveux foncés. »   

Jody vit toujours dans sa ville natale de Saint-Louis et travaille comme directrice de magasin au Real Canadian WholesaleClubMD de Prince Albert, à environ 20 minutes de route. La région est riche en histoire métisse : la célèbre résistance du Nord-Ouest de 1885 s’est produite à proximité, au cours de laquelle les Métis et les Premières nations, dirigés par Louis Riel, ont combattu le gouvernement canadien. 

« Je vois encore beaucoup de profilage racial envers les peuples autochtones dans ma communauté », dit Jody. « Je veux que cela change. »  

Elle veut aussi que les Canadiens sachent que tous les peuples autochtones sont différents et que l’identité ne signifie pas la même chose pour différentes personnes.  

« Ma grande tante a été une championne du mitchif et est très liée à ses racines, alors que certains membres de ma famille ne s’identifient pas fortement à la culture. Mais nous sommes toujours métis. » 

Vous avez des questions?

Trouvez-nous sur FacebookTrouvez-nous sur TwitterTrouvez-nous sur LinkedIn