Responsabilité

Comment Amanda s’attaque au gaspillage alimentaire

18 octobre 2022

Amanda se tient à l’intérieur de son magasin et pousse un panier de l’Armée du Salut avec de la nourriture à l’intérieur.
TBDTBDTBDTBD

En tant que propriétaire du magasin Amanda’s No FrillsMD à Fort St. John, en Colombie-Britannique, Amanda Cox en sait beaucoup sur la gestion d’une entreprise prospère. Et pour Amanda, jeter de bons produits périssables comme les fruits et légumes, la viande et les produits laitiers qui ont atteint leur date « vendre avant » n’est tout simplement pas logique. Elle souhaitait faire don de surplus d’aliments pendant la majorité de sa carrière dans le domaine de l’épicerie, mais les questions sur la responsabilité, la logistique et même la capacité d’un organisme de bienfaisance à recevoir les produits en toute sécurité l’ont constamment freinée.

Puis, en 2018, après que la directrice générale de son Armée du Salut locale l’ait approchée au sujet des dons de nourriture, elle savait qu’elle devait trouver une façon de lancer son idée.

Cela fait maintenant six ans que, chaque jour, du lundi au vendredi, une fourgonnette réfrigérée de l’Armée du Salut s’arrête au magasin pour ramasser les aliments qui seraient autrement considérés comme des déchets. L’organisme travaille ensuite avec la Northern Environmental Action Team (NEAT) pour trier les aliments donnés et les transformer en repas distribués le jour même aux personnes les plus vulnérables de Fort St. John. NEAT met en cannes et congèle les surplus, et fait don de tout ce qui ne répond pas aux critères de la consommation humaine aux agriculteurs locaux qui utilisent les aliments dans leur compost ou pour nourrir leurs animaux.

Pour Amanda, aider à s’attaquer à l’insécurité alimentaire dans sa communauté tout en réduisant l’impact négatif de son entreprise sur l’environnement est une solution gagnante pour tous. « J’ai été en mesure de réduire notre ramassage des ordures d’une fois par semaine à une fois par deux semaines. Cela s’est traduit par des économies importantes pour le magasin », dit-elle.

Jusqu’à l’an dernier, cependant, Amanda ne savait pas exactement la quantité de nourriture dont elle faisait don. C’est à ce moment qu’elle s’est associée à Deuxième récolte, un organisme de sauvetage alimentaire, qui dispose d’une application qui facilite les dons des entreprises alimentaires. Depuis janvier 2021, chaque fois que l’Armée du Salut ramasse des aliments au magasin d’Amanda, elle enregistre le nombre de livres donnés dans l’application, ce qui transforme ces chiffres en renseignements significatifs. Par exemple, au cours des 12 derniers mois, le magasin a fait 255 dons ou l’équivalent de 69 177 repas et a évité 279 530 lb de gaz à effet de serre en gardant les aliments hors de la poubelle.

« Lorsque vous envoyez plus de 5 ou 6 bacs chaque jour, il est difficile de les quantifier, mais avec l’application, j’ai pu obtenir une meilleure idée », dit Amanda. « J’ai été vraiment surprise de voir la quantité de nourriture dont nous avons fait don. »

Amanda encourage ses collègues exploitants de magasins à faire don de leur surplus d’aliments, une initiative qui s’harmonise à l’objectif de Loblaw de réduire ou de détourner les déchets produits par l’entreprise et ses magasins de 50 % d’ici 2025 par rapport à 2016.

« Avant de nous impliquer, l’Armée du Salut recevait principalement des dons non périssables. Leurs clients ont maintenant plus de choix. C’est réjouissant de savoir que les gens sont traités avec plus de dignité et que nous pouvons leur offrir des options plus saines. »

Vous avez des questions?

Trouvez-nous sur FacebookTrouvez-nous sur TwitterTrouvez-nous sur LinkedIn