Personnes

Jamie met la technologie à votre service

21 octobre 2021

Jamie s’assoit à son bureau, près d’une grande fenêtre, se tourne vers la caméra et sourit
TBDTBDTBDTBD

L’un des moments les plus géniaux de la carrière de Jamie Gallant s’est produit lorsqu’elle était dans la vingtaine et qu’elle étudiait l’informatique à l’Université Queen’s de Kingston, en Ontario. Elle a fait des recherches sur la façon de rendre les prothèses auditives plus directionnelles, afin qu’elles puissent mieux isoler les bruits de fond.

Par l’entremise de son professeur, une personne de Google a entendu parler du projet et l’a invitée à se présenter au siège social de l’entreprise en Californie. Jamie s’est présentée sur le podium devant des centaines d’employés de Google, avec ses diapositives sur un immense écran derrière elle.

« C’était surréaliste », dit-elle. « Voilà cette fille qui a grandi dans un pays du tiers monde, avec très peu d’expérience dans la vie, et toutes ces personnes chez Google sont présentes parce qu’elles étaient intéressées par ce que j’avais à dire.

Loblaw a récemment embauché Jamie pour un tout nouveau poste : directrice de la conception de produits et de l’expérience client. Elle se concentrera sur l’expérience des utilisateurs de la technologie Loblaw, en s’assurant que les produits et services sont faciles à utiliser et axés sur l’humain.

Cela peut prendre différentes formes : par exemple, une personne immunodéprimée utilisant une application pour faire livrer les produits d’épicerie ou encore une personne qui prend rendez-vous en ligne pour un vaccin contre la COVID-19, plutôt que d’attendre des heures en file.

L’expérience utilisateur s’applique aussi aux collègues, comme lorsqu’une technologie intuitive et efficace les aide à faire leur travail plus rapidement.

« Il y a plusieurs années, de nombreuses personnes redoutaient l’utilisation de la technologie, car certains sites Web et applications mobiles étaient difficiles à utiliser et frustrants. Nous avons fait beaucoup de chemin, mais il reste encore beaucoup à explorer pour ce qui est des points de friction et des besoins non comblés des utilisateurs afin que nous puissions utiliser la technologie pour améliorer la vie des gens », dit Jamie.

C’est pourquoi notre mission d’aider les Canadiens à vivre bien, vivre pleinement a trouvé écho chez Jamie. « J’ai toujours aimé travailler à l’intersection entre les gens et la technologie », dit-elle.

Au cours de sa maîtrise à l’Université Queen’s, où Jamie s’est spécialisée dans les interactions humain-informatique, elle était la seule femme du programme. Elle n’y avait pas porté attention à ce moment-là.

Ayant grandi à la Barbade, elle n’a jamais considéré la science et la technologie comme une « industrie masculine ». Son père était programmeur et il bricolait souvent. Il démontait des haut-parleurs et réparait des ordinateurs. Sa maison a été l’une des premières au pays à avoir accès à Internet par ligne commutée dans les années 1980.

« J’ai été très chanceuse de grandir dans un environnement où l’on n’a jamais même suggéré qu’étant une fille je ne pourrais pas faire ce que mon père faisait », dit Jamie.

Maintenant mère elle-même, Jamie espère que les femmes en technologie seront tellement communes à l’avenir qu’il ne s’agira même plus d’un sujet de conversation.

« Si ma fille choisit un domaine dominé par les hommes, comme l’ingénierie ou la technologie, j’aimerais que cela ne soit même pas digne de mention. »

Les perspectives variées sont si importantes pour la technologie, ajoute-t-elle.

« Lorsque vous tentez de résoudre un problème, si tous les membres de votre équipe ont la même apparence, le même discours et les mêmes expériences de vie, vous aurez une vision assez étroite pour définir ce problème et le résoudre. Réunir des personnes ayant des perspectives différentes qui peuvent aborder le problème sous différents angles est beaucoup plus efficace. »

Vous avez des questions?

Trouvez-nous sur FacebookTrouvez-nous sur TwitterTrouvez-nous sur LinkedIn