Responsabilité

La nutrition prend racine avec la Fondation pour les enfants le Choix du Président

18 février 2021

TBDTBDTBDTBD

Le conteneur d’expédition blanc de 40 pieds est installé devant l’École KLO Middle School à Kelowna, en Colombie-Britannique. Jetez un coup d’œil à l’intérieur et vous y verrez des rangées de légumes verts à feuilles et de fines herbes, y compris du basilic, de l’origan et du persil. Une lumière vive à spectre complet éclaire les semis, tandis que les pompes font circuler l’eau à travers la ferme hydroponique, créant un son qui rappelle une chute d’eau.

« Parfois, lorsque je travaille à l’intérieur, je laisse la porte ouverte et je vois les enfants venir y jeter un coup d’œil, » explique Karla Lockwood, une enseignante de 9e année.

Karla travaille avec des groupes d’élèves pour gérer la toute nouvelle ferme dans un conteneur, remise à l’école l’an dernier par la Fondation pour les enfants le Choix du Président . Les enseignants ont reçu une formation de trois jours donnée par The Growcer, le fabricant du conteneur.

La première ferme dans un conteneur offerte par la Fondation a été remise aux élèves de l’école Dene High School à La Loche, en Saskatchewan, une communauté où l’accès aux fruits et légumes frais posait problème. C’est tout le contraire pour Kelowna, où l’agriculture est la plus abondante au pays, et où l’on retrouve une importante expertise en matière d’agriculture. Et KLO a été choisie parce qu’elle s’est engagée à élaborer un programme pouvant être partagé avec des projets existants et à venir.

Bien que différentes, les deux écoles ont toujours le même objectif : donner aux enfants les outils nécessaires pour avoir accès à des fruits et légumes frais, que ce soit en les cultivant eux-mêmes pour leur communauté ou en élaborant des apprentissages qui pourront être partagés avec de futures fermes. Comme l’école Hector Thiboutot Community School, la prochaine à recevoir une ferme dans un conteneur par la Fondation. Elle est située à Sandy Bay, en Saskatchewan, une communauté sans épicerie.

Jusqu’à maintenant, de petits groupes d’élèves de différentes classes et années scolaires ont travaillé à la ferme, où ils ont pu en apprendre plus sur le cycle de croissance, planter des semis, faire des récoltes et nettoyer des bacs. À l’avenir, ils pourront suivre un cours de 9e année axé sur la gestion de la ferme pour obtenir un crédit.

« C’est génial », lance Carla. « Nous sommes vraiment emballés à ce sujet, il y a tellement d’occasions d’apprendre. »

La ferme permet aux élèves d’apprendre d’autres sujets que l’écologie. Les cours de technologie permettent aux enfants d’apprendre le codage à l’aide du système hydroponique automatisé, tandis que les étudiants en arts ont l’intention de peindre sur les murs de la ferme dans un conteneur un portrait des quatre chefs de l’alimentation des Premières nations d’Okanagan.

Bien sûr, les cours de cuisine en font déjà partie. Le basilic récolté dans la ferme est séché pour être utilisé dans des recettes. Et les enfants ont apporté des fruits et légumes à leur famille. « Ils étaient si contents de les recevoir », dit Karla en riant. « C’était adorable de voir leurs visages s’illuminer pour une pomme de laitue qu’ils pouvaient apporter à la maison. »

Elle rumine plusieurs autres idées qui permettraient à la ferme d’enrichir sa communauté scolaire. Une fois que les restrictions liées à la COVID-19 seront assouplies, l’école intégrera les fruits et légumes qu’elle a cultivés dans son programme alimentaire quotidien, également soutenu par la Fondation pour les enfants PC. L’école a l’intention de créer des paniers et de les vendre, afin que chaque fois qu’une famille en achète un, un autre soit offert à une famille dans le besoin. Ils discutent également de lancer un abonnement à des boîtes de légumes pour les parents. Les possibilités sont infinies.

« J’ai beaucoup d’enthousiasme à cet égard », affirme Karla. « Ce nouvel outil qui fonctionne et qui cultive des fruits et légumes constitue un ajout incroyable à notre école et à notre communauté. Le plus beau dans tout ça, c’est de pouvoir partager ce que nous avons appris avec d’autres écoles qui reçoivent une ferme et développer davantage cet apprentissage. »

« La Fondation pour les enfants PC croit que la faim ne devrait jamais entraver les rêves d’un enfant », affirme Lisa Battistelli, directrice générale de la Fondation. « Tous les enfants devraient connaître la satisfaction de récolter les aliments qu’ils ont eux-mêmes cultivés et cuisiner avec les gens qu’ils aiment. »

C’est ce que font Karla et les élèves de l’École KLO Middle School. « C’est notre rêve. » 

Vous avez des questions?

Trouvez-nous sur FacebookTrouvez-nous sur TwitterTrouvez-nous sur LinkedIn